Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine

Bourgogne Franche-Comté

Pharmacie

de garde au

3915
clear

L'USPO, un syndicat déterminé à défendre la profession

L’USPO, UN SYNDICAT DÉTERMINÉ A DÉFENDRE LA PROFESSION

Le 4 novembre, l’USPO a convoqué une conférence de presse. Communiqué de presse ICI

Trois sujets ont été abordés : Les pétitions contre le déremboursement, l’USPO contre la publicité télévisuelle de Leclerc, l’USPO contre la taxation des astreintes.

 

L’USPO CONTRE LE DÉREMBOURSEMENT

Gilles Bonnefond a rappelé l’importance de cette pétition et a expliqué son objectif.

Le rapport Polton prévoit notamment le déremboursement des médicaments actuellement pris en charge à 15% et une partie de ceux remboursés à 30%. La Ministre de la Santé, Marisol Tourraine ne s’est pas officiellement opposée à ces mesures. Les patients s’expriment massivement (950 000 signatures) contre le déremboursement des médicaments.

L’USPO reste en alerte sur ce sujet.

 

 

L’USPO CONTRE LA PUBLICITÉ TÉLÉVISUELLE DE LECLERC

La publicité de Leclerc présente comme aberrant l’interdiction faite aux pharmaciens Leclerc de vendre des médicaments : « on marche sur la tête ». Cette publicité a été lancée une première fois en 2014 et à nouveau au mois de septembre et jusqu’au 10 octobre 2015.

En 2014, un pharmacien adhérent USPO a écrit au CSA pour lui faire part de son indignation. La réponse de cet organisme ne s’est pas fait attendre : un slogan publicitaire doit concerner un produit ou un service. Il ne doit pas influencer le débat public sur un thème de société. Leclerc, par le biais de la publicité, cherche donc à influencer la population française pour que « ses » pharmaciens puissent vendre des médicaments dans les pharmacies Leclerc.

En 2015, afin de contraindre Leclerc à suspendre la diffusion de cette publicité, nous avons déposé au Tribunal de Grande Instance de Paris un référé heure par heure.

Le jour même où le TGI acceptait notre requête, la publicité Leclerc n’était plus diffusée. Alors que nous avions saisi le TGI en référé pour obtenir une ordonnance suspendant la diffusion du message audiovisuel litigieux en nous fondant sur sa non-conformité à la réglementation applicable aux messages publicitaires, notre affaire ne pourra plus être jugée sur le fond.

Quoi qu’il en soit, nous allons envoyer une lettre au CSA afin d'attirer son attention sur le non-respect de la réglementation sur la publicité, et surtout, sur le non-respect de ses avis par Leclerc et les chaînes de télévision.

La campagne électorale pour les URPS bat son plein,

mais l’USPO continue de se mobiliser pour défendre les piliers de l’officine !

 

 

L’USPO CONTRE LA TAXATION DES ASTREINTES

Au printemps dernier, un pharmacien savoyard a subi un contrôle fiscal. L’inspecteur a relevé que le pharmacien n’avait pas payé la TVA sur ces astreintes, considérées comme un service par l’administration fiscale.  

La convention fiscale ne prévoit pas de paiement de la TVA sur les astreintes. Malgré cela, l’inspecteur a persisté.

L’USPO a donc envoyé à la mi-septembre un rescrit à Bercy. La question posée dans le rescrit était la suivante : les astreintes effectuées par les pharmaciens doivent-elles être imposées ? Nous devrions recevoir une réponse au début du mois de décembre.

Dans le cas où Bercy considère que les astreintes doivent être imposées, et que M. Revel, Directeur de l’Assurance Maladie, ne réévalue pas le montant des astreintes en conséquence,

 

L’USPO lancera un appel à la grève des gardes. 

 

L’USPO, UN SYNDICAT DÉTERMINÉ A DÉFENDRE LA PROFESSION